Face au risque d’impayés, sachez que votre protection s’organise. En matière de recouvrement de créances, anticiper est essentiel pour les entreprises. Si des désagréments surviennent, vous éviterez ainsi de vous retrouver démuni.

 

Comment anticiper les impayés ?

Le meilleur moyen d’anticiper les impayés est de sélectionner rigoureusement chacun de vos nouveaux clients. Et pour cela, il vous faut procéder à une analyse du risque. Bilans, comptes de résultats et plans prévisionnels sont alors vos meilleurs amis.

Avant la signature de tout nouveau contrat, exigez donc impérativement ces documents de la part de votre client. Ils vous permettront de vous faire une idée de sa solvabilité. Soyez particulièrement attentif à ce que les dettes ne soient pas supérieures au niveau des fonds propres.

L’entreprise de votre client doit être rentable, et ses crédits bancaires, raisonnables. Parallèlement, consultez les sources d’information officielles, en commençant par le Registre du Commerce et des Sociétés (RCS).

La solvabilité du créancier

Pour prévenir les impayés, votre objectif doit être d’obtenir le plus d’informations possible concernant la solvabilité de votre futur client. N’hésitez donc pas à étendre votre enquête aux sources de renseignement non officielles.

Ainsi, ne négligez pas d’interroger sa banque. Bien que soumise au secret professionnel, peut-être acceptera-telle tout de même de vous livrer quelques informations précieuses. Pensez également à mener l’enquête auprès de vos employés, si vous en avez : s’ils sont en contact direct avec votre futur client, ils disposent certainement d’informations que vous ignorez.

 

Quelles démarches contre les impayés ?

Si malgré toutes vos précautions une situation d’impayé se présente, vos principaux recours sont généralement les suivants :

 Gérer les impayés à l’amiable

Face à un impayé, la première démarche consiste bien sûr à proposer un règlement à l’amiable à votre client. Si celui-ci n’honore pas l’échéance convenue, commencez ainsi par lui adresser une lettre de rappel. Bien souvent, la démarche amiable s’avère heureusement suffisante. Si la situation perdure d’un mois, passez au niveau supérieur.

Essayez de déterminer si le client fait preuve de mauvaise foi ou s’il se trouve en situation d’endettement. S’il est endetté, vous pouvez lui proposer un protocole qui lui permettra finalement de payer sa créance.

 

Aller en justice pour obtenir un recouvrement de créances

Mais dans certains cas, votre client peut refuser de donner suite à vos propositions, fermant l’oreille à toute négociation. Vous pouvez alors vous voir contraint de faire intervenir la justice, afin d’obtenir le recouvrement des sommes dues.

Tournez-vous vers le tribunal de commerce, qui rendra une ordonnance d’injonction de payer. Vous disposerez alors de six mois pour faire signifier celle-ci à votre client par un huissier.

Votre débiteur aura alors un mois pour faire opposition à l’ordonnance. S’il ne le fait pas, il devra rembourser sa dette, si toutefois il en est capable.

A terme, cette procédure peut aboutir à une saisie des sommes disponibles sur les comptes bancaires de votre client.

 

Chef d’entreprise, vous vous inquiétez du risque d’impayé ? Vous vous posez des questions sur le recouvrement de créances ? Vous souhaitez optimiser le cycle de vie de vos factures ? Contactez Creansoft pour découvrir nos solutions de recouvrement.