En juin dernier, Creansoft a annoncé le rachat de la plate-forme « sefairepayer.com », créée par Pascal Abel, en 2005. Celle-ci permet aux TPE et PME, entreprises les plus fragiles face aux impayés, de contacter un huissier de justice situé près d’elles pour le recouvrement de leurs créances. Avec la loi Macron, du 6 août 2015, qui facilite la procédure de recouvrement des petites créances, les huissiers de justice se lancent sur ce marché qui représente de nouvelles opportunités de développement pour leurs études.

Entretien avec Yann Duchemin, directeur général fondateur de Creansoft :

Propos recueillis par Raphaëlle Sochon.

LPA : Comment s’est réalisé le rapprochement avec l’Adec ?

Y.D : Fin 2016, un des enjeux de Creansoft était de mettre en œuvre les dispositions de la Loi sur la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques (dite loi Macron)  qui simplifient le recouvrement des petites créances de moins de 4000 euros, par l’intermédiaire d’un huissier de justice. De son côté, la Chambre nationale des huissiers de justice (Ndr : devenue depuis le 1.1.2019 la Chambre nationale des commissaires de justice dans le cadre de la fusion, voulue par la même loi, avec les commissaires-priseurs judiciaires) souhaitait accélérer son accompagnement auprès des huissiers de justice dans le recouvrement amiable, perçu comme un relais de croissance à développer pour les études. En 2017, nous sommes alors devenus une filiale de l’Adec, l’organisme favorisant l’accès à la dématérialisation des huissiers de justice, créé par la CNHJ. Ils avaient déjà créé une plateforme, nommée Héraclès et l’idée était de pénétrer davantage ce marché au profit des huissiers de justice avec l’arrivée de Creansoft.

 

LPA : Quelles sont les particularités de sefairepayer.com ?

Y.D : Il s’agit d’une plateforme d’intermédiation et de recouvrement en ligne pour les TPE/PME qui ont des impayés et qui sont mises en relation avec des huissiers de justice de proximité. Cela fonctionne par forfaits, de 10,9 à 109 euros pour une demande de recouvrement amiable. La particularité est qu’il s’agit de forfaits prépayés, il n’y a pas de pourcentage à l’encaissement comme ce qui est pratiqué habituellement. Nous avons mis à profit la technologie, c’est un gain de temps pour l’entreprise, au lieu de se déplacer dans une étude, elle dépose son impayé sur le site directement. De plus, en passant par un huissier de justice comme intermédiaire plutôt que par une société de recouvrement lambda ou par une legaltech classique, il y a plus de chance d’obtenir une réponse positive par le débiteur, car c’est un professionnel du droit qui a, en vertu de son statut , autorité. Nous sommes agrées par la « fédération nationale des tiers de confiance (FNTC)» et agissons en total transparence. En effet, l’entreprise qui passe par la plateforme va savoir exactement qui est en charge de son impayé car c’est lui qui choisit son étude d’huissier de proximité.

 

LPA : Quel est l’intérêt de cette plateforme pour les Huissiers de justice ?

Y.D : Notre idée est de positionner l’Huissier de justice en alternative aux sociétés de recouvrement. Depuis l’annonce du rachat de la plateforme sefairepayer.com, nous avons déjà 70 Huissiers de justice qui se sont abonnés, en quelques semaines seulement. Pour eux, l’abonnement est à moins de 240 euros par an. L’avantage est que ce sont les entreprises qui viennent vers eux et si elles sont satisfaites du service, elles les recontacteront pour la prochaine fois. Bien sûr, les Huissiers de justice demeurent totalement « maîtres du dossier » et peuvent refuser une demande s’il y a un problème de déontologie ou de conflits d’intérêts. De plus, la plateforme existe depuis 2005, elle avait déjà une base de 6000 clients, donc nous avons récupéré une structure déjà opérationnelle et reconnue et nous l’avons ajustée au profit des huissiers de justice. Deuxième avantage pour les huissiers de justice : le respect des règles en matière de déontologie et de tarif. Enfin, nous ne sommes pas dans une démarche d’ « uberisation » (nous ne développons pas de la valeur au détriment des offices) mais nous participons au développement d’une nouvelle clientèle.

 

LPA : Quels sont les autres services de Creansoft ?

Y.D : Nous souhaitons être présents sur tout le marché du recouvrement de créance. Sefairepayer.com s’ajoute donc à mescreances.fr, une place de marché des appels d’offres spécialisée pour le recouvrement pour les grands comptes, privés ou publics. Dès qu’un appel d’offres apparaît, les huissiers de justice abonnés sont alertés et peuvent y répondre seul ou avec notre support. À ce jour, il y a plus de 200 études d’Huissiers de justice abonnées à ce service. Dès notre intégration au sein du groupe Adec, nous avons fait évoluer Héraclès que nous avons renommé CREANCYS Collect. Ce logiciel permet aux Huissiers de justice d’automatiser une partie du recouvrement amiable. En 2018, nous avons acquis Matys, une des solutions leaders de la gestion du poste client en France pour les directions financières et les entreprises.

 

LPA : Quelles sont les évolutions envisagées pour la suite ?

Y.D : Nous réfléchissons à une nouvelle plateforme intermédiaire entre sefairepayer.com et mescreances.fr qui ciblera les PME, PMI, ETI, etc. Nous allons également renforcer l’axe de développement de mescreances.fr et compléter sefairepayer.com avec d’autres services pour les entreprises. Vous en saurez plus après la rentrée !